Archive pour le mot-clef ‘Planet-Libre’

VirtualBox 3.2.0 Beta 1 est disponible

Vendredi 30 avril 2010

VirtualBox est un logiciel de virtualisation. C’est-à-dire qu’il vous permet d’héberger un ou plusieurs autres ordinateurs dans votre ordinateur. Ces ordinateurs virtuels peuvent être sous d’autres systèmes d’exploitation et vous permettre de tester par exemple d’autres versions d’OpenOffice.org sans toucher à votre système principal.

Oracle vient donc d’annoncer la première version bêta 3.2.0 de VirtualBox depuis son rachat de Sun Microsystems il y a un an. Cette bêta n’est pas encore stabilisée. Mais elle permet désormais d’émuler un système MacOS X en changeant dynamiquement le montant de la mémoire allouée tout comme pour les autres OS Linux et Windows. Elle inclut également un nouvel hyperviseur et supporte les moniteurs multiples.

Désormais renommé en Oracle VM VirtualBox, le logiciel reste libre sous licence GNU (GPLv2). Une bonne nouvelle après les craintes récentes sur d’autres produits comme OpenSolaris.

Microsoft condamne une entreprise chinoise pour piratage

Vendredi 23 avril 2010

Hier, la Cour de Shanghaï a condamné la compagnie d’assurance Dazhong pour l’utilisation illicite de 450 copies de logiciels Microsoft dont Windows XP et MS-Office. L’amende est lourde avec 2,2 millions de Yuan (300.000 €) et Dazhong se prépare à interjeter en appel. Mais, l’éditeur remporte ainsi sa seconde victoire après la mise en prison en 2009 des promoteurs de Tomato Garden qui n’était en fait qu’une version de XP contrefaite. Keith Beeman, le gourou de la lutte anti-piratage de Microsoft, tient à faire fléchir les 80 % de logiciels contrefaits chinois.

Vous allez me dire : quel est le rapport avec le libre et encore plus avec OpenOffice.org ? Et bien, le fait que Microsoft intensifie sa lutte contre le piratage va certainement contribuer au changement de mentalité. Les entreprises soucieuses de ne pas avoir affaire à la justice vont avoir deux solutions : se mettre en règle en achetant des licences ou… passer à autre chose comme un logiciel libre et gratuit.

Le 15 mars dernier, la BSA qui assure la défense du logiciel propriétaire, tirait aussi la sonnette d’alarme pour la France. Selon une étude réalisée par le cabinet IDC, le taux de piratage atteindrait dans le sud 51 % en 2007 contre 42 % au niveau national. Avec près d’un logiciel sur deux installé sans licence, la région Méditerranée arrive en tête derrière la région Nord (48 %) et le Sud-Ouest (49 %).

Si vous faites partie de ces utilisateurs de logiciel Microsoft piraté, évitez de vous faire prendre et installez dès maintenant OpenOffice.org.

Suivez pour cela les tutoriels d’installation du forum officiel.

.

Lotus Symphony 3.0 en vidéo

Mercredi 21 avril 2010

Pour ceux qui n’auraient pas encore testé la future version 3.0 de Lotus Symphony, vous pouvez regarder cette petite vidéo qui expose quelques unes des fonctionnalités.

Sortie depuis le 4 février, la suite bureautique gratuite (mais non libre) d’IBM est toujours en version bêta 2. Il est donc recommandé de ne pas l’utiliser en production. Bien qu’elle soit également basée sur le code de OpenOffice.org 3.0, elle n’en reprend pas tous les modules mais uniquement le traitement de textes, le tableur et la présentation.

Le lien si la vidéo ne s’affiche pas.

Et n’oubliez pas ce que le logiciel libre peut vous faire économiser.

OpenSolaris : Oracle m’a tué ?

Vendredi 16 avril 2010

Décidément, Oracle est à l’honneur de ce blogue depuis quelques temps. Malheureusement pas pour de bonnes raisons puisque depuis l’acquisition de Sun, il ne fait pas bon être libre. Après la fin de la gratuité pour l’OS phare de Sun Solaris en mars dernier qui a été astucieusement remplacée par une version d’évaluation de 90 jours, Oracle s’en prend à la distribution à code ouvert du projet OpenSolaris.

Derek Cicero (ingénieur responsable Solaris) vient ainsi d’annoncer sur la liste de diffusion de la communuté que le programme de livraison gratuite des CD OpenSolaris était terminé. Oracle reste par ailleurs muet sur l’avenir de la version libre et la feuille de route s’arrête en octobre 2010. Du coup, des voix s’élèvent dans le projet OpenSolaris.org pour proposer une scission (fork). Maintenant, est-ce que le projet a suffisamment de ressources humaines pour continuer sans l’appui d’Oracle ?

L’attitude de la société mi-logiciel mi-matériel (voir billet précédent) à l’égard de OpenSolaris se répercutera t-elle sur d’autres communautés comme celle de OpenOffice.org ? L’avenir (proche) nous le dira.

Le PDF restera t-il un format d’échange sûr ?

Vendredi 9 avril 2010

Le Portable Document Format (communément abrégé PDF) créé par Adobe en 1993 est devenu au fil du temps le document d’échange sur internet. Une recherche via un moteur quelconque sur l’extension .pdf affiche pas moins de 198 millions de documents disponibles.

Facile à créer que ce soit par une imprimante virtuelle (PDF Creator) ou directement exportable par les suites bureautiques libres comme OpenOffice.org, il a tout pour plaire. Il respecte la mise en page même complexe. On peut le protéger (même si cela devient de moins en moins efficace). Il peut contenir du son ou des vidéos. Il peut faire office de formulaire et être rempli hors ligne avant d’être envoyé par courriel. Bref que des avantages. Trop peut être…

Et si tout le monde se méfie des documents de Microsoft et de ses fameuses macro-virus, personne ne sait qu’un PDF peut infecter un ordinateur. Car victime de son succès, les pirates de tout poil se sont mis en recherche de nouvelles possibilités de faille et ils ont trouvé.

Depuis son blogue, Didier Stevens montre qu’il est facile de faire exécuter un programme à l’utilisateur avec une simple boîte de dialogue. Dans sa « preuve de concept », il démontre qu’en deux clics, on peut installer des scripts pour modifier par exemple votre base de registre. Tout cela par la faute du Javascript qui est intégrable dans le PDF. A trop vouloir en faire, on en fait trop dit le dicton.

Mikko Hypponen, le directeur du laboratoire F-Secure (logiciel anti-virus) a écrit récemment : « Adobe Reader est devenu le nouvel Internet Explorer. Pour des raisons de sécurité, évitez-le si vous pouvez ». Préférez lui des alternatives libres proposées depuis PdfReaders.org et qui sont par ailleurs plus légères.

Espérons cependant qu’Adobe, l’éditeur en situation de monopole avec son lecteur gratuit, soit prompt à sortir des correctifs. Je vous conseille vivement de ne pas omettre de les installer.