Archive pour la catégorie ‘LibreOffice’

LibreOffice perd son Monsieur Calc

Dimanche 18 janvier 2015

Kohei Yoshida a annoncé depuis son blogue, qu’il quittait son poste d’ingénieur à temps plein chez Collabora. Depuis huit ans, il était le principal contributeur à l’évolution du tableur en travaillant notamment sur l’amélioration des performances de Calc.

Son départ est une lourde perte même si Yoshida assure qu’il continuera en tant que simple volontaire à participer au développement de LibreOffice.

Une gestion du projet OpenOffice plus souple

Lundi 12 janvier 2015

OpenOffice est géré par la Fondation Apache à travers un Comité de gestion de projet (PMC). Depuis le début de cette année, plusieurs membres en ont proposé le renouvellement. Deux candidats sont actuellement en lice : Louis Suarez-Potts et Jan Iversen.

Parmi toutes les nominations, Rob Weir (cf. photo) qui avait été sollicité, vient de décliner l’offre. Il est l’un des mentors du projet, employé par IBM et il a beaucoup oeuvré lors de la phase d’incubation chez Apache. Mais il est surtout connu pour ses prises de position quelque peu radicales vis-à-vis de LibreOffice. Pourtant, c’est en motivant son refus que Weir vient sans doute de bouleverser le projet. Il pense désormais qu’il y a nécessité de rapprochement avec les éléments les moins idéologiques de LibreOffice en vue de faire progresser l’écosystème bureautique libre. Il reconnait que (s)es déclarations et écrits passés font obstacles à cet objectif d’accommodation naturelle qui devrait se produire entre les deux communautés.

Peut-être le début d’une révolution dans le rapprochement avec LibreOffice ?

OpenOffice : idées reçues

Mardi 20 mai 2014

Le surf sur internet réserve souvent des surprises et malheureusement véhicule des idées reçues souvent fausses. OpenOffice n’échappe pas à la règle et il est vrai que sur certains forums, on y raconte n’importe quoi. Quelques exemples…

OpenOffice a besoin de Java pour fonctionner
Faux : le JRE est nécessaire pour certains modules mais 90 % du logiciel fonctionne parfaitement sans (explication).

OpenOffice a été développé en Java
Faux
: le langage de développement d’OpenOffice est le C++.

OpenOffice ne sait pas gérer les macros
Faux
: OpenOffice gère parfaitement les macros mais dans son propre langage Basic. Il peut assurer une petite compatibilité avec le VBA de Microsoft mais la plupart du temps, il faut effectivement recoder.

L’interface d’OpenOffice a été faite avec GTK+
Faux
: OpenOffice utilise une bibliothèque interne appelée VCL. Elle est héritée de son ancêtre direct StarOffice.

LibreOffce évolue plus rapidement qu’OpenOffice
Faux : les deux suites évoluent mais pas au même rythme. Chez AOO, les développeurs sont dans des espaces indépendants afin de ne pas perturber le coeur du code. Lorsqu’une fonctionnalité est achevée, elle est testée puis l’espace est intégré. Chez LibO, chaque développeur travaille en direct et valide comme il veut. C’est pour cela que des « perturbations » peuvent apparaître d’une version à l’autre.

OpenOffice classé 9e en Allemagne

Mardi 11 février 2014

Le site allemand Heise est spécialisé dans les nouvelles technologies. C’est un équivalent de notre 01.net national.

Il vient de publier son palmarès des applications les plus téléchargés en 2013. OpenOffice se classe en 9e position. Il progresse d’une place par rapport à 2012. En revanche, LibreOffice continue de descendre en passant de la 16e à la 28e place.

Source en allemand

OpenOffice dans les distributions Linux d’office ?

Lundi 2 décembre 2013

L’équipe Apache s’interroge sur le fait de proposer OpenOffice dans les paquetages d’installation Linux.

Jusqu’à présent, la plupart des distributions (Ubuntu, Fedora, etc) n’offre que LibreOffice par défaut. Pour installer OpenOffice, il faut procéder à une installation manuelle. Ce n’est certes pas compliqué mais dans ce cas, le logiciel ne bénéficie pas du système de mise à jour intégré. Et comme beaucoup d’utilisateurs ne font aucun changement lorsqu’un logiciel est pré-installé, le choix est faussé.

Le débat a été lancé suite à une énième remarque sur l’intox distillée depuis la fourche des deux projets concurrents. Tout est parti du basculement sous LibreOffice de la Région italienne du Sud Tyrol. Erwin Pfeifer, l’un des informaticiens en charge du projet a lâché la phrase qui fâche lors d’une interview à ZDNet : « nous avons opté pour LibreOffice plutôt qu’OpenOffice parce que nous pensons que cela nous donne plus de garanties. ». En clair, OpenOffice ne serait pas assez pérenne dans le temps. Le propos n’est pas nouveau et depuis 2011, la presse sort régulièrement ce genre de contre-vérité.

L’un des développeurs Apache l’avoue à demi-mot : la situation est également calamiteuse en Allemagne où siège la Fondation Document (TDF) qui gère LibreOffice. La France n’est pas mieux lotie avec un noyautage qui a permis le remplacement d’OpenOffice au sein des ministères et du fameux groupe Mimo.

Pourtant OpenOffice est bien vivant et LibreOffice pompe régulièrement dans son code : par exemple, l’import du format SVG ou la barre latérale. Mais ça, LibreOffice n’en fait aucune publicité ou si peu.

L’objectif est donc de regagner en notoriété. Plusieurs pistes sont évoquées comme la présence d’OpenOffice dans les conférences ou le renforcement de l’information auprès des médias.

La Fondation Apache reste cependant optimiste car les chiffres de téléchargement continuent de progresser. OpenOffice vient de passer la barre des 80 millions de copies pour sa dernière version 4.