Archive pour la catégorie ‘Autour du libre’

Oracle continue de faire fuir

Mercredi 27 octobre 2010

Le JCP (Java Community Process), l’organisme en charge de la gouvernance et de la certification de la plate-forme Java, vient de perdre l’un de ses éléments moteur. Doug Lea, un des cadres de la communauté Java et membre du comité exécutif du JCP vient de partir. En cause, l’indifférence d’Oracle qui passe outre les décisions internes et impose sa feuille de route.

Dans son message adressé à la communauté, Lea estime que le JCP n’est plus crédible tant en matière de spécification que de standardisation. Une perte complète de crédibilité imputée entièrement à Oracle, affirme-t-il, qui traite avec indifférence les dissensions qui existaient du temps de Sun

Les méthodes de Larry Ellison ne semblent vraiment pas convenir aux différentes communautés gérant des projets libres. Après OpenSolaris, la fourche LibreOffice, voici le tour du langage Java.

Quand le piratage sert à museler les libertés

Mardi 14 septembre 2010

La lutte contre le piratage engagée depuis le début 2010 par Microsoft a pris un nouveau tournant largement plus politique. Après la Chine, voici que l’éditeur s’attaque au marché Russe. Cependant, il ne s’agit plus ici de traquer des entreprises ou même des utilisateurs. Il s’agit cette fois d’organisations ayant pour but de faire respecter les droits de l’homme dans un pays largement déficitaire à ce niveau là.

Deux cas sont particulièrement évocateurs. D’abord l’ONG Ethnics, qui lutte contre le racisme, a été traînée en justice pour piratage pour finalement être blanchie, faute de preuves. Puis une association pour l’environnement, Baikal Environmental Wave, qui a vu tout son matériel saisi et son site Internet fermé pour le même chef d’accusation.

Derrière tout cela, l’utilisation frauduleuse de produits Microsoft qui servirait de prétexte à la police russe pour harceler les opposants au régime et saisir ainsi leur matériel informatique.

Microsoft, par le biais de son conseiller juridique Brad Smith, précise que tout cela a toujours eu pour but « de réduire le piratage et la contrefaçon des logiciels ». Il ajoute que « rien de tout cela ne devrait servir de prétexte pour poursuivre en justice des ONG ou des journaux. Et nous ne voulons certainement pas participer à cela même par inadvertance ».

Face à cette mauvaise presse, Microsoft a annoncé que les ONG bénéficieraient désormais d’une nouvelle licence gratuite de ses logiciels. Une gratuité qui s’appliquerait jusqu’en 2012. On est généreux mais pas trop.

Ces organismes ont donc un peu plus de deux ans pour passer à OpenOffice.org et ainsi se conformer avec la loi. La liberté n’a pas de prix.

Généralisation de Linux comme OS pour le grand public ?

Jeudi 19 août 2010

Cela pourrait être bientôt le cas, tout du moins en Europe. Car dans la torpeur estivale, l’UE et sa Commission de la concurrence a ouvert une enquête fin juillet contre IBM pour abus de position dominante. Vous allez me dire quel est le rapport ? En fait, il s’agit d’abord de faire suite à une plainte de deux entreprises qui commercialisent des logiciels d’émulation pour les systèmes de Big Blue. Nous voilà donc devant le grand classique : IBM « lierait le matériel à son propre système d’exploitation » sans laisser la moindre place à des produits alternatifs.

Cela ne vous dit toujours rien ? Que se passe t-il lorsque vous achetez un ordinateur ? Quel est le système d’exploitation pré-installé ?

Avec cette procédure, la Commission européenne s’intéresse de près à ce problème qui entrave la concurrence et pénalise fortement le secteur du logiciel libre. Ces pratiques sont largement répandues tant dans le secteur professionnel que grand public et après un premier avertissement en juin, voilà que l’UE passe à la vitesse supérieure.

Échaudé par l’affaire du lecteur multimédia indissociable de Windows, Microsoft fait des efforts. Il laisse désormais le choix à l’utilisateur quant au navigateur ou au format de fichiers.

Mais il reste un (petit ou grand ?) pas à faire pour le choix du système d’exploitation de la part, cette fois des constructeurs d’ordinateurs à l’égard du grand public. Un écran d’accueil proposant l’installation de Windows mais aussi d’une série de distributions Linux, un rêve ?

La volonté de la Commission européenne pourrait bien accélérer les choses et l’exaucer.

Les utilisateurs de logiciel libre prennent mais ne donnent pas

Lundi 16 août 2010

Petit billet d’humeur pas forcément lié à OpenOffice.org mais au libre en général. Je me fais souvent l’écho du manque d’enthousiasme des utilisateurs. Par exemple sur le forum, quand ils se plaignent de ne pas trouver un tutoriel et qu’on leur fait remarquer que la documentation est faite par des bénévoles. Ou bien, lorsqu’ils pestent de ne pas avoir telle fonctionnalité et qu’un rapport existe sur lequel ils peuvent voter. C’est ainsi que l’utilisateur s’évapore en prétextant ne pas avoir les compétences ou le temps pour participer au projet.

Récemment, Accenture (célèbre cabinet de conseil américain) a fait une petite étude sur un groupe de cadres informatiques et leur avis sur le logiciel libre. 50 % des personnes interrogées y sont « pleinement engagé », 69 % prévoient d’augmenter leurs investissements et 38 % prévoient un plan de migration vers des alternatives à code ouvert en 2010.

Leurs arguments ? Amélioration de la qualité du code (76 %), meilleure fiabilité (71 %), baisse des coûts de maintenance logiciel (71 %). Ces chiffres sont corroborés par les données de Forrester qui a mené sa propre enquête.

Fabuleux ? Eh bien, non ! Car voilà la donnée qui casse tout : 29 % ne sont pas disposés à contribuer en retour des modifications de code pour les communautés concernées.

Même si Jim Zemlin, le responsable de la Linux Foundation disait récemment que ce n’était pas un problème. « Tout le monde finit par donner un jour. Même s’ils commencent par leur propre projet (fork) et d’essayer de faire cavalier seul. Au fil du temps, ce n’est tout simplement pas viable de le maintenir ».

Il n’empêche que sans participation, un logiciel libre ne peut survivre. Tout le monde a un rôle à jouer et pas seulement les entreprises. Même le simple utilisateur est concerné. Les tâches sont nombreuses et ne requiert pas forcément d’être un grand technicien : rédaction de documentation, traduction, participation aux tests d’assurance qualité, remonté de bogues, etc.

A vous de jouer !

Pour l’UE, le logiciel propriétaire est une perte d’argent

Vendredi 11 juin 2010

Neelie Kroes, la commissaire de l’Union Européenne chargée de la concurrence met en garde les acteurs du secteur public en leur indiquant qu’ils devraient plutôt utiliser le libre.

Sa critique est sévère puisque qu’elle précise que les organismes publiques ne devraient plus dépenser d’argent lorsque des alternatives « open source » existent. Dans son discours lors de la conférence OpenForum Europe, elle affirme même que c’est un gaspillage d’argent public que la plupart des administrations ne peuvent plus se permettre. En clair, utilisez OpenOffice.org et ses standards ouverts.

Lorsque je vois le petit nombre d’élus ayant pris la peine de signer le pacte du logiciel libre aux régionales de 2010, je me dis qu’il reste encore du chemin à parcourir.

.