Archive pour la catégorie ‘Autour du libre’

Nouveaux clients pour le libre à Marseille

Mercredi 26 octobre 2011

Vous connaissez la Business Sofware Alliance ? C’est un peu la police privée des éditeurs de logiciels (Microsoft, Adobe, etc). Elle se charge de traquer les méchantes entreprises qui ne payent pas leurs licences.

La BSA a donc organisé sur la région de Marseille, une campagne d’affichage du 3 au 24 octobre contre le piratage de logiciels.

Sous le titre choc « logiciels piratés, nouveaux amis assurés », un gentil numéro vert avait même été mis en place pour les dénonciations.

Pourquoi Marseille ? Peut être parce que l’année dernière, la BSA faisait état d’un piratage massif dans le sud de la France.

Et comme je le dis souvent : si vous faites partie de ces utilisateurs de bureautique piratée, évitez de vous faire prendre et installez dès maintenant OpenOffice.org ou LibreOffice.

Suivez pour cela les tutoriels d’installation du forum officiel.

.

ODF 1.2 : c’est parti !

Samedi 1 octobre 2011

ODF (pour Open Document Format), c’est le format de fichier qu’utilise la plupart des suites bureautiques libres : OpenOffice.org, LibreOffice, KOffice, Abiword ou Gnumeric… C’est un format ouvert et normalisé dont les spécifications sont documentées. Il est ainsi librement exploitable et sous le contrôle d’un organisme indépendant de tout éditeur : l’OASIS.

Le Comité technique de l’OASIS vient d’approuver la version 1.2 du format OpenDocument qui comprend des améliorations comme avec les formules mathématiques (OpenFormula) ou le support de la signature numérique.

Depuis le 30 septembre 2011, ODF 1.2 est désormais un standard important décliné en 4 volumes de près de 1.217 pages. C’est le fruit d’un travail de près de quatre années encouragé par des acteurs comme Oracle, IBM, Novell, Nokia et même Microsoft.

Ce format assure la pérennité de vos données en les rendant indépendante du logiciel qui les encapsule. Il permet également de faciliter et d’améliorer l’interopérabilité entre applications sans avoir à développer des filtres d’import / export complexes. Il prend ainsi le contre-pied des éditeurs de logiciel propriétaire. Il permet par exemple aux développeurs de fabriquer facilement de l’ODF sans avoir recours à une quelconque application tierce.

BlueGriffon comme éditeur HTML

Jeudi 19 mai 2011

Parent pauvre dans la suite bureautique OpenOffice.org ou LibreOffice, l’éditeur HTML souffre désormais de graves lacunes. Pas de support des feuilles CSS ou des nouvelles normes comme le HTML 5, la création de pages web est assez catastrophique.

Ne désespérez plus et utilisez BlueGriffon.

Jusqu’à présent, il existait Kompozer (ex-NVu) mais ce produit n’a plus évolué depuis plus d’un an. Voici désormais que le « griffon bleu » vient de sortir en version 1.0. Espérons que Daniel Glazman qui est pour le moment l’unique développeur, mène à bien le projet.

BlueGriffon a obtenu plusieurs récompenses comme un Open Innovation Award lors de l’édition 2010.

Oracle éradique définitivement Sun

Mercredi 16 mars 2011

Il y a un peu plus d’un an, c’était l’officialisation du rachat de Sun Microsystems par Oracle. Malgré tout, il existait encore des bribes du nom un peu partout : logo sur les machines ou sur les nombreuses technologies développées. Mais Oracle veut définitivement effacer la présence de Sun sur internet.

Pour ce faire, la firme de Larry Ellison vient de décider de ne pas renouveler le nom de domaine sun.com (qui renvoit actuellement sur oracle.com). Ce nom sera mis hors service à partir du 1er juin prochain.

C’est un évènement à noter dans l’histoire d’internet car sun.com est répertorié comme l’un des 100 plus vieux domaines enregistré.

Disponible à la vente, il sera peut être récupéré par son célèbre homonyme de la presse tabloïd anglaise.

Le projet Hudson veut se séparer d’Oracle

Mercredi 12 janvier 2011

Vous devez être habitués à ce genre de nouvelle maintenant. Oracle vient encore, de se fâcher avec une communauté du monde libre.

Cette fois, il s’agit du projet Hudson. Celui-ci est en charge du développement du logiciel éponyme qui permet de faire de l’intégration continue. Oracle a en effet, décrété avec l’autorité qu’on lui connait, la paternité de la marque. Comme pour OpenOffice.org dont il n’a pas voulu rendre le nom déposé, l’éditeur le revendique comme sa propriété exclusive.

Comme pour OpenSolaris, Hudson changerait alors de nom pour Perkins. Andrew Bayer, l’un des responsables du projet, affirme qu’il s’agit là d’une véritable « épée de Damoclès » puisque cela donne la possibilité à Oracle d’annuler le droit d’utiliser le nom Hudson à n‘importe quel moment. Oracle aurait bien tenté de donner quelques garanties mais sans rassurer vraiment.

Encore une communauté qui serait alors en passe de fourcher.