Archive pour la catégorie ‘Acteurs du libre’

Illumos pour remplacer OpenSolaris ?

Jeudi 5 août 2010

Le torchon brule entre la communauté OpenSolaris et son principal contributeur Oracle depuis mars 2010. Garrett D’Amore, un ancien développeur de Sun Solaris maintenant chez Nexanta, vient de créer le projet Illumos. Ce dernier ne se veut pas pour le moment être un « fork » (dixit la FAQ) même si ça y ressemble fortement. Il ne ferait que récupérer le code source de OpenSolaris avec ses composants libres et non propriétaires.

Son premier objectif : assurer la survie et l’évolution de l’OS mais de manière plus indépendante avec une nouvelle communauté. D’Amore souhaite ainsi prendre ses distances avec Oracle qui détient l’infrastructure (hébergement des serveurs). Intitulé OS/Net, il comprendrait donc le noyau, les bibliothèques C, l’interpréteur shell et ses utilitaires, le système de fichiers et les fonctions réseaux de OpenSolaris.

Il restera ensuite à D’Amore et à la petite douzaine de développeurs qui l’a rejoint de réécrire les pans de code propriétaire afin que OS/Net puisse réellement exister. Reste que Nexanta, l’employeur de D’Amore,  devient le remplaçant d’Oracle sur ce projet. Il ne faudrait donc pas qu’Illumos boucle sur le même problème.

A suivre…

Oracle éteint les serveurs de test pour PostgreSQL

Samedi 31 juillet 2010

Oracle a supprimé la ferme de serveurs que Sun Microsystems avait mis à disposition pour le développement du SGBD ouvert PostgreSQL. Cela a bien sûr obligé les animateurs du projet à se débrouiller pour trouver de nouvelles machines afin de poursuivre les tests des mises à jour sur système Solaris.

PostgreSQL est une base de données « open source » utilisé par des acteurs comme Yahoo, Skype et MySpace. Il est maintenant largement considéré comme un système fiable à d’autres bases comme MySQL qui appartient à Oracle désormais. On notera que la Commission européenne avait justement autorisé l’acquisition de Sun Microsystems par Oracle sur le fait que PostgreSQL était présenté comme alternative.

Comme la plupart des plateformes à code ouvert, PostgreSQL s’appuie sur une armée de bénévoles pour son développement. Ces bénévoles qui se servaient de la ferme de Sun pour compiler et vérifier PostgreSQL en utilisant un système de mise à jour automatique en ligne du code source pour chaque OS (Linux, Unix, Windows, MacOS X, etc). Un test simple et automatisé transite sur chacun de ces serveurs qui télécharge ses résultats vers un serveur central pour les développeurs et les utilisateurs de PostgreSQL.

« C’est une pièce essentielle de l’infrastructure pour le développement de PostgreSQL » a déclaré l’un des développeurs fondateurs Andrew Dunstan. « Avant, s’il existait un changement de code sur certaine plateforme, il fallait souvent des semaines ou des mois avant de le découvrir. Alors qu’actuellement, nous le savons en quelques heures. »

Sun Microsystems – et pour un court laps de temps son nouveau propriétaire Oracle – avait fourni trois serveurs afin de veiller sur la stabilité de PostgreSQL sur le système d’exploitation Solaris. Il avait également mis à disposition son outil DTrace pour tracer les dysfonctionnements. Mais au début du mois de juillet, Oracle décide donc de fermer l’accès de ses trois machines sans avertissement, laissant la communauté PostgreSQL se démener pour trouver une solution de remplacement.

« Si on nous avait alerté par exemple, trois mois avant, j’aurais été moins irrité » poursuit Dunstan. « Cela ne peut pas être une histoire de coût et Oracle ne peut pas être à court de matériel. » Ce revirement soulève à nouveau des questions quant à savoir si Oracle est prêt à adopter l’éthique « code ouvert » en étant le nouveau propriétaire de MySQL ou contributeur majeur sur des projets comme OpenOffice.org.

Oracle peut avoir été alarmé par des rapports sur le téléchargement des outils de migration pour des clients MySQL vers PostgreSQL. EnterpriseDB qui vend du service autour du SGBD libre rapporte que le nombre mensuel de téléchargements de son outil de migration est passé de 5.000 au début de 2009 à plus de 8.000 en novembre 2009. Les investisseurs dans EnterpriseDB que sont notamment IBM et Red Hat sont également les premiers concurrents pour Oracle.

Andrew Dunstan a confirmé depuis que EnterpriseDB est intervenu pour offrir des serveurs fonctionnant sous Solaris aux membres de la communauté pour continuer le processus de développement. Il a également trouvé « suspect » que Oracle considère PostgreSQL comme un concurrent. « Depuis que j’ai été personnellement impliqué dans la migration d’applications de Oracle vers PostgreSQL, je peux comprendre pourquoi ils peuvent se sentir comme ça » dit-il, « mais dans la communauté du libre, nous essayons d’être un peu moins féroces. J’ai beaucoup d’amis et de connaissances dans le monde MySQL. » et de conclure : « Nous sommes des rivaux respectueux, pas des ennemis mortels. »

IBM publie la 3e bêta de Lotus Symphony

Dimanche 13 juin 2010

Enfin des nouvelles de Lotus Symphony, l’équipe de développement n’en donnait plus depuis février. Voici que pour ce mois de juin 2010, une 3e version bêta est disponible.

Comme principale nouveauté, la possibilité de personnaliser les barres d’outils de l’interface de manière très fine. Vous pouvez ainsi masquer ou afficher celles qui vous paraissent inutile ou nécessaire à l’utilisation.

Lotus Symphony est estampillée 3.0 pour coller au code de OpenOffice.org dont elle s’inspire. Pour télécharger LS 3.0 bêta 3 cliquez sur ce lien. Attention : une bêta n’est pas une version stable. Veillez à l’utiliser uniquement à des fins de test.

La version OpenOffice de Novell est désormais payante

Vendredi 4 juin 2010

On s’y était habitué mais c’est désormais terminé. Depuis mars 2010 et la sortie de la version 3.2 de OpenOffice distribuée par Novell, il vous faudra payer. Pour un an d’abonnement et par poste, le tarif annoncé sur le site de l’éditeur, démarre à partir de 120 $ US.

Rappelons que la version Novell diffère de la branche officielle OpenOffice.org par l’ajout de fonctionnalités supplémentaires. Novell vous permet de tester celle-ci avec une version d’évaluation. Bien sûr, aucun support ne sera assuré tant que vous n’aurez pas régler le fameux abonnement.

Un alignement sur la politique d’Oracle ou un essai pour gagner un peu d’argent ? Novell continue en effet de voir son chiffre d’affaires toujours en baisse avec un 2e trimestre 2010 en recul de 5% à 204 millions de dollars.

Lotus Symphony 3.0 en vidéo

Mercredi 21 avril 2010

Pour ceux qui n’auraient pas encore testé la future version 3.0 de Lotus Symphony, vous pouvez regarder cette petite vidéo qui expose quelques unes des fonctionnalités.

Sortie depuis le 4 février, la suite bureautique gratuite (mais non libre) d’IBM est toujours en version bêta 2. Il est donc recommandé de ne pas l’utiliser en production. Bien qu’elle soit également basée sur le code de OpenOffice.org 3.0, elle n’en reprend pas tous les modules mais uniquement le traitement de textes, le tableur et la présentation.

Le lien si la vidéo ne s’affiche pas.

Et n’oubliez pas ce que le logiciel libre peut vous faire économiser.