Archive pour la catégorie ‘Acteurs du libre’

Apache fête 21 ans de projets à code ouvert

Jeudi 26 mars 2020

Connu d’abord pour son moteur HTTP qui propulse moult sites internet dans le monde, la Fondation Apache est désormais célèbre pour avoir repris OpenOffice. Elle fête aujourd’hui 21 ans de projets à code ouvert mis sous sa licence éponyme.

Quelques chiffres et un peu d’histoire

Pour faire avancer sa mission de fournir des logiciels pour le bien public, l’ASF est uniquement composé de bénévoles. Elle est passée de 21 membres originaux à 765 membres individuels et 206 comités de gestion de projet. Aujourd’hui, ce sont  plus de 7.600 développeurs qui gèrent 300 projets et plus de 200 millions de lignes de code pour une valeur supérieure à 20 milliards de dollars.

Bon anniversaire

Source (en anglais)

Aidez Wikipédia

Mardi 3 septembre 2019

Nouvelle campagne d’appel au don pour la seule encyclopédie en ligne entièrement gratuite et sans publicité. Wikipédia a besoin de vous. Les sommes demandées démarrent à 2 €. Donc pour le prix d’une viennoiserie, vous soutenez ce magnifique projet.

Faire un don

La Fondation Wikimedia rappelle que seul 1 % de ses lecteurs font partie des donateurs.

Open365… Rien que du déjà vu

Mercredi 27 avril 2016

L’article paru sur le blogue de Korben parle d’une application bureautique à la G**gleDoc mais ce n’est pas le cas. Open365 n’est pas, contrairement à ce qui est écrit, basé sur LibreOffice Online. Il s’agit uniquement d’un émulateur d’application accessible dans un navigateur. Le même genre de solution existe avec RollApp depuis… 2012. Bref, rien de neuf sous le soleil.

Rappelons que LOOL (abréviation du projet LibreOffice On Line) est une suite bureautique dont le client est entièrement écrit en Javascript et HTML 5. Ce dernier n’a donc besoin d’aucun greffon pour fonctionner dans un navigateur. Des applications du même type existent avec Microsoft et son OneDrive, Google ou Zoho. Lancé en 2011 puis abandonné en 2013, LOOL était revenu à la vie en 2015.  Mais la version stable qui devait être proposée en début d’année, se fait toujours attendre.

Presque plus de Java Oracle chez Ubuntu (suite)

Mercredi 18 janvier 2012

Annoncé haut et fort par Canonical en décembre 2011, l’environnement Java d’Oracle devait disparaître des écrans radars d’Ubuntu 10.04 LTS, 10.10 et 11.04. Mais sous la pression des utilisateurs, l’éditeur a décidé de faire machine (Java) arrière.

Malgré les progrès de son pendant libre OpenJDK, Canonical savait que pour certains utilisateurs, cela impliquerait des problèmes avec des applications utilisant les paquets de la machine Java originale. En conclusion, les paquetages d’Oracle ne seront pas enlevés du référentiel Ubuntu. Ce qui va laisser les installations existantes en place. Seuls les paquets seront supprimés des archives partenaires à partir du 16 février prochain.

Canonical encourage cependant ses utilisateurs à migrer au plus vite en leur proposant une page Wiki d’équivalences logicielles.

Plus de Java Oracle chez Ubuntu

Samedi 17 décembre 2011

Canonical a décidé de mettre fin à la présence de la machine virtuelle Java propriété d’Oracle. C’est d’abord pour une raison de licence d’exploitation qui arrive à échéance. Mais également, la présence depuis octobre, d’un certain nombre de vulnérabilités critiques qui a conduit l’éditeur d’Ubuntu, à désactiver le logiciel de ses dépôts.

Marc Deslauriers, ingénieur sécurité chez Canonical, confirme « qu’il n’y a pas d’autre choix » que cette rupture pour « faire en sorte que nos utilisateurs restent [dans un environnement] sécurisé ».

Cependant, le remplaçant libre OpenJVM n’est pas suffisamment compatible (ou stable diront ses détracteurs) pour faire fonctionner certains logiciels nécessitant la présence de la JVM. C’est ainsi le cas pour OpenOffice ou LibreOffice qui en a besoin pour l’exécution de ses assistants.

Il va donc falloir s’attendre pour les versions Ubuntu 10.04 LTS (Lucid Lynx), 10.10 (Maverick Meerkat) et 11.04 (Natty Narwhal) a de possibles perturbations sauf si les utilisateurs installent d’eux-mêmes et manuellement la JVM Oracle.