La nébuleuse planète Mac et la bureautique libre

4 septembre 2015

Il y a quelques jours, j’ai reçu un courriel d’un utilisateur Apple me demandant si les versions payantes disponibles sur le Mac App Store n’étaient pas des arnaques. La réponse est évidemment négative.

Petit récapitulatif de ce que vous pouvez trouver actuellement.

NeoOffice

Dérivé du code source d’OpenOffice, cette version se paye 29,99 €. L’éditeur Planamesa justifie ce prix pour la rémunération de l’unique développeur. Ce dernier travaille à la portabilité spécifique sous MacOS avec notamment l’intégration des menus ou du mode plein écran. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce développeur ne contribue pas au projet initial OpenOffice. En effet, il ne reverse pas le code de ses fonctionnalités et ne participe pas à la résolution de bogues. Ces deux points qui pourraient permettre de faire progresser la version OpenOffice pour MacOS X.

NeoOffice 2014.13

LibreOffice

Cette version spécifique vient de l’éditeur Collabora. Elle est vendue au prix de 9,99 $ soit un peu moins de 9 €.  Il ne faut pas la confondre avec la Vanilla qui est gratuite. La différence réside dans la fourniture d’un support (lui-aussi payant) en cas de bogue constatée. Collabora est l’un des principaux contributeurs du projet LibreOffice. Ce dernier est lui-aussi un dérivé d’OpenOffice. Mais pour des raisons de licence, l’échange de code source n’est possible que dans le sens OpenOffice vers LibreOffice. On peut donc dire que LibreOffice ne participe pas au développement d’OpenOffice.

LibreOffice 4.4

Conclusion

Ce billet n’a pas vocation à remettre en cause la réalité de ces modèles économiques. Il est juste ici pour rappeler aux utilisateurs finaux que logiciel libre ne rime pas forcément avec gratuité.

Pour le bien-être de LibreOffice, OpenOffice devrait laisser sa place ?

19 août 2015

C’est l’objet de la lettre ouverte qu’à publié Christian Saller depuis son blogue. Cet ingénieur de chez Red Hat demande à la fondation Apache de rediriger les utilisateurs qui visitent le site d’OpenOffice vers celui de LibreOffice.

Il considère ainsi que le projet OpenOffice est indubitablement un échec contrairement à LibreOffice. Il estime que cette dernière se doit d’être la suite bureautique libre par excellence. Il souhaite donc que la fondation Apache arrête de profiter de la naïveté des utilisateurs pour télécharger LibreOffice « vivant et évolutif » plutôt qu’un OpenOffice « mort et enterré ».

Il faut dire que M. Saller n’est pas très impartial. Mais quand on a été employé précédemment chez Canonical, l’éditeur d’Ubuntu, il est difficile de ne pas avoir de parti pris pour LibreOffice. Ces deux distributions fournissent du support (payant) autour de ce logiciel.

Cette vision volontairement simpliste de l’éco-système ne fait qu’ajouter de la confusion sur le projet constate Dennis Hamilton, l’un des membres du PMC (le comité de gestion du projet).  Elle est inapplicable et ce genre de lettre pontifiante n’aide en rien, conclut-il (source).

Comité de gestion d’OpenOffice : rapport de juillet 2015

22 juillet 2015

### Activité

Les canaux de support (la liste de diffusion et les forums officiels) restent actifs. Les listes de diffusion ont un débit faible mais stable.
Le niveau de validation sur le code reste faible (seulement quelques commits simples).
Grâce à un volontaire, les robots servant à la compilation du code ont été corrigés et sont désormais opérationnels à nouveau. Ils nécessitent encore un peu de travail de configuration.
Ce même bénévole a fourni une rustine pour résoudre un problème de rat-scan (outil d’audit du code NdT). Nous avons encore un problème mais il est mineur (6 fichiers non critiques sont signalés).
Un membre du Comité s’est porté volontaire pour être responsable de la publication (limité à la prochaine version). La discussion est en cours.
Il n’y aura pas de débat dédié sur OpenOffice à la prochaine Conférence Apache. Seuls quelques pourparlers ont été soumis.

### Problèmes

L’absence de progrès sur tous les fronts du projet reste une préoccupation majeure. Le Comité de gestion a essayé pendant un certain temps de trouver un consensus pour le remettre sur les rails.

### Changements du Comité de gestion du projet (PMC)

- Actuellement 140 développeurs et 29 membres dans le projet.
Les nouveaux membres du PMC :
- Dennis E. Hamilton a été ajouté le vendredi 13 février 2015
- Le dernier ajout de développeur était Tal Daniel en avril 2014

### Version

- Dernière version publiée la 4.1.1 du 21 août 2014

Même si AOO reste déterminé à faire sortir une version 4.1.2, aucun travail réel n’a été fait depuis le dernier rapport. Les tickets destinées à la 4.1.2 ont un statut dans BugZilla leur permettant une intégration plus rapide (moins de demande de test). La signature numérique reste encore un vœu pieux pour la nouvelle version.

OpenOffice ou le consensus de moindre effort

9 juillet 2015

AOO moindre effortCe concept traduit de l’anglais « lazy consensus » est la pierre angulaire du projet OpenOffice et plus généralement de la Fondation Apache. Il part du principe qu’un membre de la Communauté peut produire un travail sans se soucier de l’approbation des autres. En clair, vous n’avez pas besoin de discuter ou d’appeler à un vote pour obtenir un accord. Vous avez d’ors-et-déjà le soutien tacite de la communauté à moins que quelqu’un ne vous dise le contraire.

Par exemple, si vous êtes développeur. Vous pouvez soumettre sans problème une rustine ou un correctif à travers l’outil de gestion du code source Subversion. Vous n’avez pas besoin d’autorisation car la Communauté a des possibilités d’indiquer une éventuelle désapprobation en amont. C’est la même chose si vous avez rédigé un tutoriel ou une documentation. Vous la publiez dans le Wiki sans avoir à soumettre votre travail à une lecture préalable. Si la Communauté n’est pas d’accord, ses membres iront modifier le contenu directement.

L’essentiel de ce consensus de moindre effort est d’éviter les discussions inutiles. Il est ainsi plus facile pour les gens d’en convenir en ne faisant rien que d’avoir une opposition systématique. Cela a deux effets immédiats. D’abord les membres sont moins susceptibles de s’opposer pour le plaisir et ensuite, cela permet de réduire la quantité d’échanges électroniques sur les listes de diffusion ou sur les forums.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que tout peut se faire en silence. Si un membre a besoin de savoir si son action est bonne pour la Communauté, il peut tout à fait lancer une discussion sur le sujet. On attend alors 72 heures, un laps de temps nécessaire pour un projet international qui agit dans des fuseaux horaires différents. Si après, aucune objection n’a été produite, l’action est approuvée.

Qui ne dit mot, consens. Voilà l’adage qui caractérise OpenOffice. En conclusion, ne demandez pas ce que le projet peut faire pour vous mais ce que vous pouvez lui apporter.

OpenOffice compatible Windows 10

29 juin 2015

Logo Windows 10 + AOOMicrosoft ayant confirmé que la version PC de Windows 10 était prévue pour arriver cet été chez les constructeurs et les intégrateurs. La disponibilité de ce nouveau système à l’automne prochain pose la question de la compatibilité avec OpenOffice.

La réponse est indéniablement positive. Comme pour toutes les versions précédentes allant de Vista à 8, Windows 10 fera fonctionner sans aucun problème OpenOffice 4. Bien que toujours en version 32 bits, la suite bureautique sera pleinement compatible.

Mais la véritable question sera de savoir si la prochaine 4.1.2 aura ses binaires signés afin de pouvoir s’installer correctement. Denis Hamilton, l’un des membres du projet, le souhaite. OpenOffice pourrait même être distribué via le Windows Store.

Dans tous les cas, la page de téléchargement sera mise à jour en conséquence.